FAHRENHEIT 451

Photo by Lenny Acompanado on Unsplash

La nuit tombe le 15 août. Il est 21 heures et la température n’est pas encore descendue en dessous de 20 degrés. Le feu de camp brûle au centre de la clairière et la nuit coule autour. Regarder le feu, comme regarder la mer depuis le rivage, est hypnotique. Une mélancolie que l’on ne peut trouver qu’en regardant le danger en sachant que l’on est en sécurité.

Les incendies en Californie en 2018 ont laissé plus de 90 morts. Contrairement à d’autres catastrophes naturelles, même l’argent ne semble pas avoir été utile pour se protéger contre le feu. Beaucoup de mansions particulières de Malibu ont également brûlé dans les flammes, bien que la situation soit beaucoup plus dramatique pour les milliers de familles qui ont tout perdu dans les cendres.

Mais les dégâts du feu sur notre patrimoine vont au-delà des maisons. Dans la nuit du 15 avril de cette année, les flammes ont consumé le toit de la cathédrale Notre-Dame. Partout dans le monde, mais surtout à Paris, la nuit a été longue, marquée par la peur de perdre un symbole national et une partie de l’histoire de l’humanité. Heureusement, mais surtout grâce à l’intervention rapide des pompiers et du personnel du bâtiment, les dégâts causés par l’incendie se sont limités à la fameuse flèche, créée par Viollet-le-Duc, qui sera difficile à reconstruire, et au toit en bois. Un peu moins d’un mois plus tard, le montant récolté pour la reconstruction de la cathédrale dépassait déjà largement les 500 millions d’euros.

Dans un environnement similaire, il y a un an, le 2 septembre 2018, le Musée national du Brésil a brûlé. Une perte beaucoup plus difficile à récupérer, puisque la plupart des collections historiques conservées étaient constituées de matériaux facilement brûlables. Parmi les objets irrémédiablement perdus figurent l’un des plus anciens squelettes humains trouvés en Amérique, appelé Luzia, des fresques romaines de la ville de Pompéi, et une riche collection d’archéologie égyptienne, la plus importante d’Amérique latine. L’héritage brésilien du musée, l’un des plus riches au monde en ethnologie en raison de la diversité des tribus amérindiennes sur son territoire, n’a guère été préservé.

Il semble clair que nous devons agir d’urgence pour atténuer ces catastrophes. Dans le cas des incendies urbains, le feu est maîtrisé rapidement dans la plupart des cas. Bien que les dommages humains et patrimoniaux puissent être considérables, l’intervention rapide des pompiers limite les effets néfastes dans la plupart des cas.

Ce n’est pas le cas dans les zones rurales, où la détection est traditionnellement beaucoup plus lente et où les incendies se propagent beaucoup plus rapidement. Cette situation, conjuguée à un manque de financement notable dans de nombreux cas, a provoqué des incendies qui ont dévasté de vastes étendues de terres. Seulement dans le premier trimestre de l’année aux États-Unis ont brûlé près de 70000 hectares, selon les données de la National Oceanic and Atmospheric Agency (NOAA). En Europe, le Système européen d’information sur les feux de forêt (EFFIS) permet d’observer le risque d’incendie dans les différentes régions, ainsi que les données sur les foyers actifs obtenues par satellite. La Corse, les régions méditerranéennes ou le sud-ouest de l’Espagne et du Portugal sont les régions les plus exposées aux incendies, en raison de leurs températures élevées, surtout en période estivale. Les grandes surfaces boisées et les températures de plus en plus élevées font que les incendies se propagent de manière incontrôlable. L’augmentation des incendies, outre le risque potentiel de pertes humaines et matérielles, entraîne le déboisement de vastes étendues de terrain, ce qui ne fait qu’aggraver le risque de sécheresses graves sur ces terres. Pour certaines communautés des zones défavorisées, les incendies sont dévastateurs pour leur survie.

Les données prévisionnelles des organismes d’État mettent également en lumière les risques. L’Agence pour la prédiction des incendies forestiers (National Significant Wildland Fire Potential Outlook) publie des données sur les risques d’incendie dans l’ensemble des États-Unis. La Floride et les États du sud-ouest des États-Unis sont les plus touchés, avec des risques de sécheresse et d’incendie pendant la plupart des mois de l’année.

Si l’avenir est noir, surtout pour les territoires les plus touchés par la hausse des températures, il reste de l’espoir. Au cours des dernières années, nous avons assisté au développement de nouvelles technologies qui permettent la détection précoce et la lutte contre les incendies dans des conditions inconcevables pour les pompiers.
L’utilisation de véhicules aériens sans pilote, mieux connus comme drones, permet au personnel de lutte contre l’incendie d’approcher le feu à l’aide de caméras pour cartographier le feu et de surveiller son expansion en tout temps. La startup espagnole Drone Hopper fabrique des drones lourds pour effectuer des tâches d’extinction d’incendie, pouvant opérer sans mettre des vies humaines en danger.

Les satellites joueront également un rôle crucial dans la prévention des incendies et la détection précoce. Des chercheurs de l’Université de Berkeley ont mis au point un programme de détection précoce des incendies, FUEGO (Fire Urgency Estimator in Geosynchronous Orbit), qui permettra une détection précoce des incendies pour limiter leur rayon d’action. Les images infrarouges et les capteurs installés dans des endroits sensibles au feu peuvent également prédire l’apparition d’incendies. Beaucoup de ces technologies sont basées sur des prédictions qui peuvent être faites avec un ordinateur en quelques secondes, alors que pour une équipe humaine, cela peut être impossible. Bien qu’il soit difficile de gérer l’information générée par les réseaux sociaux, ceux-ci permettent également de détecter le foyer d’un incendie. Les vidéos et les images générées par les utilisateurs peuvent également aider à analyser le foyer de l’incendie et ses causes. En outre, ils peuvent sensibiliser le public et tenter de limiter l’impact de l’homme sur la création d’incendies, en particulier avec l’augmentation des températures dans certaines régions causée par le changement climatique. Selon le California Fire Department, Cal Fire, jusqu’à 95 % des incendies sont d’origine humaine, dont environ 7 % sont intentionnels. Cela laisse une énorme marge de manoeuvre.

Mais la plupart des stratégies efficaces de lutte contre les incendies ne nécessitent même pas d’investissements stratosphériques ou de technologie de pointe. Beaucoup d’entre elles sont utilisées depuis des siècles par les communautés rurales.
Le brûlage contrôlé du chaume, par exemple, les coupe-feu naturels et artificiels, l’élagage des arbres sont quelques-unes des mesures préventives qui permettent de limiter ces incendies. Le problème dans la plupart des cas vient du fait que ces communautés, autrefois rurales, s’installent de plus en plus dans les villes. Cela signifie que de nombreuses parcelles agricoles ou d’élevage sont couvertes d’une végétation facilement inflammable.

Parmi les solutions qui peuvent être développées une fois l’incendie déclenché, la startup Pyro fabrique des systèmes d’extinction d’incendie, parmi lesquels nous pouvons souligner les barrières de protection qui nous permettent d’agir comme coupe-feu contre l’avancée de l’incendie. Son extincteur forestier Nub-e est activé lorsque ses capteurs de température détectent l’arrivée des flammes et peuvent pulvériser un agent extincteur sur celles-ci. D’autres entreprises, comme Canada’s Cold Fire, s’efforcent d’éteindre les incendies avec des produits chimiques novateurs qui réduisent les temps d’arrêt et les risques d’incendie non maîtrisé.

Les organismes d’État peuvent devenir des incubateurs de ces idées novatrices grâce au financement et aux moyens dont ils disposent. Un exemple pourrait être le projet H2020 de l’Union européenne, qui finance les deux start-ups déjà mentionnées, bien que dans de nombreux cas, la bureaucratie et la difficulté d’y accéder limitent leur impact positif.

Il semble peu probable que le risque d’incendie diminue à l’avenir. Les températures élevées et l’évolution politique dangereusement négative de certains des gouvernements les plus influents du monde laissent peu de place à l’espoir de réduire le nombre d’incendies. Mais si nous parvenons à sensibiliser les nouvelles générations et à leur permettre de devenir créatrices de nouvelles propositions pour lutter contre les incendies, nous serons capables de faire face mieux au feu.

Crédits photo : Photo by Lenny Acompanado on Unsplash
Vous devriez également aimer
Lire l'article

TOCO – TOCO

EN PRÉSENCE DE L’AUTRE (2014-2021) Les peuples autochtones isolés dans la jungle vénézuélienne du Haut-Orénoque Observer ce que…