Epi’sol : solidarité et relève artistique au cœur du 5ème

À gauche, Katia Calisti, responsable de la programmation artistique d’Epi’sol, et à droite, Flora Kaloustian, la présidente, devant l’épicerie solidaire située au 1 rue Soufflot. 

Franchissons la porte du 1 rue Soufflot et pénétrons ensemble chez Epi’sol, une jeune initiative ayant à cœur la vie étudiante du 5e arrondissement. Située dans un quartier historiquement universitaire, elle est épicerie solidaire pour la gent estudiantine locale, mais aussi un lieu d’échanges, de rencontres et, depuis récemment, un espace d’exposition tendant la main aux jeunes artistes de demain. Multifonctions donc, l’espace Epi’sol est en concordance avec l’ère du temps : alternatif, innovant, audacieux et en constante quête de renouvellement.  

Occupant les anciens locaux de la police municipale, Epi’sol a ouvert ses portes en février 2021, notamment grâce au soutien de la Maire du 5e arrondissement, Florence Berthout, et à l’engagement soutenu de sa présidente, Flora Kaloustian, qui, séduite par l’idée d’une épicerie solidaire depuis près de 10 ans, mobilisa Gérard Truchot, l’actuel trésorier, et une poignée de bénévoles pour donner vie au projet et accueillir les premiers étudiants. L’objectif est simple : empêcher toute personne aux études, scolarisée ou habitant dans le 5e arrondissement, de basculer dans l’extrême précarité. Une noble ambition qui s’illustre par une gamme alimentaire vendue à petits prix, soit à la valeur de 20% pour les étudiants bénéficiaires, sans pour autant compromettre le large éventail de choix et la grande qualité des produits disponibles. L’étudiant, à la presse entre deux séminaires ou affairé à compléter ses courses, y trouvera tout ce dont il a besoin, satisfaisant autant ses goûts personnels que ses restrictions alimentaires.

Epi’sol n’est cependant pas qu’épicerie : le second, et non le moindre, objectif de l’initiative est d’offrir à la communauté étudiante un lieu convivial où elle peut aisément se réunir et échanger, entre autres autour d’ateliers thématiques axés sur la vie étudiante et ses particularités. De la gestion du stress jusqu’à la rédaction d’une lettre de motivation et à des cours de cuisine 101 animés par une diététicienne, ces rencontres informelles cherchent avant tout à outiller l’étudiant et assurer le bon déroulement de son parcours académique dans la capitale. Plus encore, ces rendez-vous thématiques, véritables noyaux d’échanges de savoir-faire, de passions et de discussions, sont aussi un moyen concret pour défaire l’étudiant de l’isolement forcé par la crise sanitaire de 2020 et revigorer les liens sociaux en présentiel. 

À travers ce second objectif, se greffe aussi celui d’un espace d’exposition dédié à la mise en valeur de la création contemporaine. Isolé par une cloison et situé à l’arrière-boutique, cet espace est destiné à accueillir le fruit de la relève artistique, régulièrement importunée devant le peu de locaux libres mis à sa disposition au cœur de Paris pour exposer. Katia Calisti, ancienne directrice d’une galerie d’art et responsable du volet artistique d’Epi’sol, souligne l’incidence significative que peut représenter le passage d’un artiste chez Epi’sol, qu’il soit émergent ou jouissant déjà d’une notoriété publique: « c’est important pour les jeunes étudiants, parce que dans leur CV, ce n’est pas rien d’avoir exposé, ne serait-ce que dans un endroit, même petit, rue Soufflot, à côté de la Place du Panthéon. C’est très prestigieux », faisait-elle judicieusement remarquer. Un précieux partenariat s’est également créé entre l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs (EnsAD), véritablement vivier de talents, et Epi’sol afin d’offrir une programmation pluridisciplinaire tout au long de l’année. 

Enfin, l’automne 2021 marquait un premier pas pour l’équipe d’Epi’sol avec l’organisation de leur premier vernissage. Y fût présentée l’exposition photographique TOCO TOCO, en présence de l’Autre de Carolina Dunan, photographe et doctorante en anthropologie à l’École des hautes étudiantes en sciences sociales (EHESS) du 29 septembre au 29 octobre 2021. Étudiants, seniors, amis et bénévoles étaient réunis dans une ambiance des plus conviviales, un verre et quelques bouchées en main, pour souligner le captivant travail documentaire réalisé par la jeune anthropologue sur plus de sept ans.

 L’équipe d’Epi’sol vous donne rendez-vous le 10 novembre 2021 à 18h15 pour leur prochaine exposition intitulée Garçons-fleurs en coulisses, une exposition consacrée aux estampes de João Delfim et de Clément Clausse, respectivement diplômé et étudiant à l’EnsAD.

Pour découvrir les conditions d’admissibilité afin de bénéficier des prix réduits de l’épicerie, déposer votre dossier d’admission ou encore offrir vos services en tant que bénévole, rendez-vous sur le site web d’Episol. 

Vous devriez également aimer
Lire l'article

Merveilles du métro

Paris, Ville-Lumière, est connue pour briller par ses musées modernes et anciens, ses monuments grandioses, son architecture haussmannienne…